Dubaï, Émirats arabes unis (CNN) – Les talibans afghans ont commencé à fouetter publiquement des personnes accusées d’avoir commis des crimes en Afghanistan, faisant craindre que le groupe ne revienne pleinement à son régime strict.

Dans une déclaration publiée par la Cour suprême afghane le 13 novembre, le chef suprême des talibans a ordonné aux autorités judiciaires d’appliquer la flagellation aux personnes reconnues coupables de crimes tels que l’adultère, le vol ou l’enlèvement, affirmant que “cette peine est applicable conformément à la loi islamique”.

Au cours de leur règne précédent, dans les années 1990, les talibans étaient connus pour leur interprétation stricte et leur application sévère de la loi islamique.

Depuis la publication du décret, la Cour suprême afghane a annoncé que de nombreuses personnes à travers le pays avaient été publiquement fouettées.

Le dernier en date a eu lieu mercredi, lorsque 12 personnes ont été fouettées devant une foule de personnes dans un stade de football de la province de Logar, selon la Cour suprême, alors que leurs crimes présumés n’ont pas été divulgués.

Le 14 novembre, la Cour suprême a déclaré que cinq hommes avaient été arrêtés et accusés de vol à Kandahar, et qu’ils avaient chacun écopé de sept mois de prison et entre 30 et 39 coups de fouet en public.

Le 16 novembre, deux personnes ont été fouettées dans la province de Bamiyan, en guise de punition pour un crime inconnu. Le 18 novembre, 19 personnes, dont 10 hommes et 9 femmes, ont reçu 39 coups de fouet chacune dans la Grande Mosquée de la province de Takhar, et la Cour suprême a déclaré qu’elles avaient commis les crimes d’adultère, de vol et d’évasion.

Le 22 novembre, un homme et une femme ont été fouettés dans la province de Laghman après avoir été accusés d’adultère. La Cour suprême a déclaré que l’homme avait reçu 30 coups de fouet, tandis que la femme en avait reçu 25.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Exit mobile version